18 janvier 2011

APPEL A LA MOBILISATION CONTRE LE FORUM MINISTERIEL
« CULTURE POUR CHACUN »
LE 4 FEVRIER RDV à 9 H devant la Grande Halle de la Villette

Lors de la journée d’actions du 13 décembre 2010, la colère des professionnels du Spectacle vivant les a amenés à occuper la Direction Générale de la Création Artistique (DGCA), comme un préavis au Ministre de la Culture. En effet, le 20 décembre, celui-ci recevait une délégation d’organisations professionnelles dont notre Fédération et le Syndeac. Force est de constater que le Ministre n’a pas compris, ou qu’il a fait semblant de ne pas comprendre l’exaspération des professionnels, visiblement plus inquiets qu’un Ministre très satisfait de lui-même, quant à l’avenir du service public de la création artistique, tel que programmé par son gouvernement. En effet, nous avons présenté à nouveau une douzaine de points d’inégale importance politique, que nous évoquons inlassablement depuis son avènement.

C’est peu dire que la délégation fut déçue, puisque seuls « les éléments de langage » du Ministre évoluent, sans aucun résultat concret : après sa nomination, il « étudiait les dossiers », il dit aujourd’hui qu’il a bien compris et qu’ « il se bat sans cesse pour les faire aboutir, mais que c’est difficile avec Bercy et Matignon ».

En résumé, qu’il s’agisse de vrais choix politiques (abandon de la Révision Générale des Politiques Publiques, qui a suffisamment fait de dégâts ; ou la mise en place d’un plan de développement du Spectacle vivant, l’oublié du Budget ; ou même la levée de la réserve budgétaire supplémentaire de 5 % jusqu’alors toujours obtenue) - ou de la résolution de problèmes sociaux plus simples (préparation de la négociation UNEDIC ou règlement d’une gouvernance erratique des Congés spectacles), rien n’avance ! La seule annonce nouvelle de Frédéric Mitterrand, c’est son adoption délibérée d’une posture « furtive » au sein du gouvernement : essayer de ne pas être « détecté » par Matignon est assurément plus susceptible de ne pas remettre en question son poste lors d’un remaniement, que d’assumer pleinement les tutelles dont il a la charge !

Par contre, (parce que c’est moins « difficile » ?), il a chargé un « ami de 40 ans », conseiller dans son cabinet, de commettre une agression idéologique contre la création artistique : dans un document intitulé « programme d’actions et perspectives », le sieur Lacloche est chargé de masquer l’abandon de la responsabilité publique du gouvernement, l’inertie du Ministre, en créant le concept de la « Culture pour chacun » opposée à la « Culture pour tous », c'est-à-dire la démocratisation culturelle. Au sein d’un salmigondis communautariste, d’un révisionnisme historique échevelé, il ose cette thèse « le véritable obstacle à une politique de démocratisation culturelle, c’est la culture elle-même » *…+ qui « sous couvert d’exigence et d’excellence » induit un « processus d’intimidation sociale ». Et le Ministre d’organiser « un forum national » à la Grande Halle de la Villette le 4 février 2011 pour imposer la « Culture pour chacun ».

Trop, c’est trop ! Le Ministre furtif ne règle rien, mais concentre ses rares efforts sur l’agression idéologique de nos professions ! Nous ne pouvons pas ignorer, ni participer calmement à cette opération de propagande : ce forum national ne peut se dérouler tel que prévu par les idéologues du cabinet.

C’est pourquoi nous appelons les artistes, les personnels techniques, administratifs et d’accueil, qu’ils soient permanents ou intermittents à transformer cette misérable opération politicienne et à obtenir un vrai débat sur l’ensemble des questions liées à la création, à la diffusion, à l’action culturelle et à l’emploi.

Mobilisons-nous le 4 février ! 
RDV à partir de 9H devant la Grande Halle de la Villette
(211 avenue Jean Jaurès 75019 Paris – Métro Porte de Pantin)