3 octobre 2012


CONTRE LES POLITIQUES D'AUSTERITE ET POUR L'EMPLOI

REJOIGNONS LES CORTEGES ET RASSEMBLEMENTS U 9 OCTOBRE 2012

A PARIS,
RENDEZ-VOUS A 13 H 30 - PLACE D'ITALIE ANGLE DE L'AVENUE DE LA SOEUR ROSALIE


Alors que le candidat socialiste à l'élection présidentielle s'était engagé à sanctuariser le budget du ministère de la Culture et de la communication, le nouveau gouvernement a dévoilé en cette fin septembre un "budget de combat", le plus austère depuis l'après-guerre.

Si d'autres, considérés comme prioritaires, ont été renforcés, notre ministère de tutelle n'échappe pas au sabre de la rigueur. Son budget diminuera de - 4,3% en 2013, ainsi que les deux années suivantes, pour atteindre une baisse globale de -7,48% en 2015, comme le prévoient les prévisions  triennales. Cette réduction drastique est la première affichée telle quelle depuis 10 ans !

Nous ne pouvons tout d'abord qu'être satisfaits de l'abandon de projets élabors lors de la précédente mandature sans que de nouvelles ressources aient été alors mobiliser pour les financer.
Toutefois, la suspension de ces projets ne suffit pas à combler les efforts ordonnés par Bercy.

Les premiers touchés seront les opérateurs nationaux, Opéra National de Paris en tête, qui verront leurs moyens de fonctionnement fortement affaiblis et leurs fonds de roulement ponctionnés.
Les dépenses consacrées à l'interventin pour le spectacle vivant et les arts plastiques sont annoncés comme étant maintenues. Comment peut-on se contenter d'une promesse, alors que les précédentes ont été bafouées (que ce soit au sujet des moyens alloués à la Culture, ou bien de la renégociation du pacte budgétaire européen) ?

A la veille de la négociation avec l'Etat des termes d'une loi de programmation et d'orientation pour le spectacle vivant et la création, nous ne pouvons accepter les signaux qui nous sont lancés !

Dès à présent nous devons obtenir du gouvernement une révision de ses arbitrages, afin que la culture soit classée comme une priorité et que des moyens supplémentaires soient octroyés à notre tutelle. Ceci est l'une des conditions essentielles pour garantir des emplois pérennes, des salaires et conditions de travail décents.

La baisse des crédits au ministère de la Cutlure et du budgétaire des collectivités territoriales sont directement responsables de la précarisation de nos métiers et la disparition du Théâtre Paris-Villette par la ville de Paris, en est le parfait exemple.

Pour pouvoir vivre de nos métiers, se mobiliser pour l'emploi : c'est maintenant !

Nous appelons donc les techniciens, personnels administratifs et d'accueil à rejoindre les manifestations organisées par la CGT le 9 octobre pour défendre l'industrie et l'emploi. Des préavis de grève ont été déposés à cette occasion.

D'autres intiatives seront organisées dans les semaines à venir !

[ CONTRE LES POLITIQUES D'AUSTERITE ET POUR L'EMPLOI ]

[ PREAVIS DE GREVE ]