2 juillet 2014


TOUTES ET TOUS ENSEMBLE LE 4 JUILLET !



Mardi 1er juillet, la nouvelle convention assurance chômage est entrée en vigueur.

La Cgt a assigné les signataires au Tribunal de Grande Instance de Paris le même jour, en demandant la suspension (puis l’annulation au fond) de l’accord du 22 mars : la présidente rendra son jugement le 11 juillet à 14 heures.

Dans le même temps une occupation de la Caisse nationale de l'Assurance Maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) avait lieu Porte de Bagnolet à Paris pour dénoncer les discriminations à l’accès aux congés maladie, maternité, retraites complémentaires, envers les salariés à emploi discontinu, tels que les intermittent-e-s, encore aggravé par la nouvelle convention Unedic.

Le directeur s’est engagé à faire évoluer la réglementation de l’assurance maladie  et à traiter les dossiers en souffrance.

Le soir, nous avons appris que Manuel Valls pour sauver sa conférence « sociale » renonce à la majeure partie du plan « pénibilité » qui devait prendre en compte les risques pour les salariés.

Quand les patrons se fâchent, le gouvernement se couche aussitôt !

Quand un mouvement social comme le nôtre revendique l’annulation d’un accord néfaste à tous demandeurs d’emploi, il passe en force !

Mais le gouvernement a été contraint d’ouvrir une concertation : le seul moyen d’obtenir que nos propositions soient prises en compte c’est de continuer et amplifier la lutte !


Le 4 juillet
à Avignon : rendez-vous à 15 heures devant la Préfecture
pour se rendre au Palais des Papes et rejoindre le départ  de la « marche silencieuse » du Off

à Paris : rendez-vous à 14 heures devant l'Opéra Bastille