18 septembre 2017


LE 21 SEPTEMBRE : GREVE ET MANIFESTATIONS
APPEL A AMPLIFIER LA MOBILISATION DANS NOS PROFESSIONS : CONTRE LES ORDONNANCES ET L'AUSTERITE !

 
Manifestations pour :

  •   l’Ile de France, départ commun CGT Culture-FILPAC-SNJ et Spectacle, face au 51 Boulevard du Montparnasse, derrière le ballon de l’UD 75 à 14h00.
  •  Pour les régions : merci de contacter vos unions départementales ou responsables régionaux

Nous artistes, techniciens, animateurs, auteurs, toutes et tous professionnelles et professionnels sommes prêts à nous battre pour l'emploi, nos conditions de travail, nos droits sociaux autant que pour une politique publique basée sur le bien commun plutôt que sur l'austérité et les profits de quelques-uns.

Le 21 septembre, la fédération et ses syndicats appellent à la grève sur la base de toutes nos revendications :

  •     Contre la casse du Code du travail, de nos conventions collectives, la précarisation
  •     Pour l'emploi, la politique culturelle et l'attention à tous nos publics ! 

Le 12 septembre, la participation à la grève et aux manifestations contre les ordonnances détruisant le Code du travail a dépassé celle des premières manifestations contre la loi Travail en 2016, dans nos professions comme dans tout le pays.

Nos professions sont très concernées par :


  • le contrat de chantier dont rêvent nos employeurs et qui affaiblirait le CDI comme le CDD
  • les menaces sur les conventions collectives
  • la négociation sans syndicat dans les très petites entreprises pour baisser les règles
  • la facilitation du licenciement … et d’autres sujets encore !

Le mouvement doit prendre de l'ampleur pour que ce gouvernement, encore plus obtus que les précédents, entende notre refus autant que nos revendications pour une démocratie vraiment sociale et culturelle.

Les annonces ou fuites sur les projets du gouvernement se succèdent : l'audiovisuel public risque de se voir amputer de 80 millions d'euros (50 millions pris à France télévisions, 20 millions à Radio France, cinq à Arte et cinq à France médias monde).

Malgré les promesses de « stabilisation » du budget du ministère de la Culture, 50 millions d'euros ont été retirés de 2017, et le budget 2018 est incertain. Comme en 2012, il peut présager d’une crise majeure de l'emploi dans nos professions, laquelle a largement déclenché le mouvement social démarré en 2014, avant même les attaques du MEDEF contre le régime des intermittents du spectacle.

La purge infligée à l'audiovisuel public s’accompagne de baisses de crédits dans tous les établissements publics et dans les collectivités locales. Il faut bien que le gouvernement trouve de quoi financer le « Pass culture », chèque au profit des gros groupes privés (souvent logés dans les paradis fiscaux) et potentiellement destructeur de la médiation culturelle.

La CGT spectacle affirme au contraire qu'il faut rénover et amplifier celle-ci, lutter contre la concentration dans les médias et la culture, favoriser la diversité, rechercher tous les publics pour les accueillir largement, en premier lieu grâce à un service public digne de ce nom.

Le public a besoin de cette politique culturelle autant que sociale, en particulier les jeunes à qui l'on doit promettre autre chose que la sélection à l'université, la fin des contrats aidés non transformés en emploi pérenne, bref le chômage et la précarité !