21 mars 2018


LE SYNPTAC-CGT, présent aux côtés des salariés du Tarmac lors de leur rencontre avec la DGCA
le lundi 12 mars réaffirme son soutien à ses salariés ainsi qu'à ceux du Théâtre Ouvert

 

Communiqué du personnel du Tarmac - Paris, le 13 mars 2018

Le 31 janvier 2018, l’équipe du Tarmac apprenait par voie de communiqué de presse l’intention du ministère de la Culture de supprimer le Tarmac pour y reloger Théâtre Ouvert dont le bail arrive à échéance le 31 décembre 2018. Pour justifier de l’arrivée de Théâtre Ouvert en lieu et place du Tarmac, le ministère lui invente une mission francophone de circonstance.
Faute de communication avant cette annonce brutale, le personnel du théâtre a engagé lui-même une démarche de dialogue et sollicité une rencontre avec Régine Hatchondo, directrice générale de la création artistique (DGCA). La réunion a eu lieu au Tarmac ce lundi 12 mars.
Malgré les interrogations du personnel envoyées en amont à la DGCA sur le nouveau projet francophone porté par Théâtre Ouvert, la DGCA n’a été en mesure d’apporter aucune réponse concrète sur le cahier des charges. Déclarations d’intention, propos généralistes, silences gênés, haussements d’épaules, sourires navrés : il était difficile pour le personnel du Tarmac de comprendre le langage du ministère de la Culture.
Dans une logique qui ne manque pas de saveur, la DGCA annonce dans un premier temps la suppression d’un théâtre dédié à la francophonie, puis lance précipitamment une consultation des acteurs de terrain. Livraison d’un rapport en juin, définition des contours du nouveau projet à l’automne : au ministère de la Culture, on ne gâche pas son talent par la cohérence de l’action.
Face aux profondes inquiétudes du personnel, les représentants de l’Etat sont restés sans réponse. A l’évidence, au-delà d’une rencontre sans préparation, la décision de supprimer le Tarmac n’est fondée sur aucun diagnostic, ni aucune orientation stratégique. Pire, les perspectives semblent inconnues pour l’administration à l’origine de cette décision.
L’équipe a exprimé sa sidération de voir se dessiner le saccage d’un projet patiemment bâti avec les artistes et les professionnels francophones de la scène internationale. Face à ce projet en place affichant une fréquentation de 77% lors de la dernière saison, la DGCA et ses collaborateurs préfèrent la logique de réduction des opérateurs culturels.
Dans le contexte de ces décisions approximatives de la tutelle, la DGCA a confirmé que l’ensemble des effectifs du Tarmac mais aussi de Théâtre Ouvert ne pourra être conservé. Départs volontaires, reconversions professionnelles, formations : les idées du ministère sont foisonnantes pour se sortir de ce mauvais pas.
L’équipe du Tarmac demande instamment au ministère de la Culture de reconsidérer sa décision et de mettre tout en œuvre pour trouver une solution de relogement pour Théâtre Ouvert qui permettra à ces deux théâtres légitimes et complémentaires, de poursuivre les missions dont ils ont l’expertise et les compétences.

L’obstination du ministère de la Culture est à l’avant-garde de la mise en place du projet gouvernemental, Comité d’Action Publique 2022, visant à réduire encore et toujours les dépenses publiques et le périmètre du service public.

Le SYNPTAC-CGT refuse :

  • ce projet inique de suppression du Tarmac et de ses missions pour le remplacer par le Théâtre Ouvert,
  • toutes suppressions d’emploi,
  • toutes fermetures de théâtre.