13 juillet 2018


INTERPELLATION DU CABINET DE LA MINISTRE EN AVIGNON

La CGT-Spectacle et la CGT-Culture ont interpellé la directrice de Cabinet le jeudi 12 juillet lors de la rencontre des directeurs des DRAC à la Chartreuse de Villeneuve-Lès-Avignon.

Alors qu’elle s’apprêtait à passer à table, une vingtaine de militants issus du secteur du spectacle vivant (artistes et techniciens) et du Ministère de la Culture (monuments nationaux, DRAC, archéologie) a entamé la discussion avec Laurence Tison-Vuillaume au sujet de la situation des directions régionales des affaires culturelles, de leurs missions et personnels et des nombreuses lettres de missions qui ont pour objet de réorganiser les missions du ministère.

Nos organisations ont redemandé la communication de la lettre de mission sur les résidences d’artistes, communication qui se fait attendre bien qu’elle ait été promise en CTM.

Nos organisations ont exigé des réponses concrètes sur la nouvelle organisation de L’État.
Dans un contexte de compétence partagée, la culture est une cible idéale pour le gouvernement en matière de décentralisation. Quid des projets du gouvernement en termes de transfert, de délégation de compétence, de déconcentration ou d’abandon de missions au ministère de la culture et dans les DRAC ?

La directrice de cabinet n’a eu de cesse de répéter que la ministre était très attachée aux DRAC et qu’elle les défendait et les défendrait !

Ces éléments de langages ne trompent personne. La réalité est tout autre. L’épisode sur la politique du cinéma en DRAC qui connaît une décentralisation des crédits qui ne dit pas son nom et la lettre de mission confiée à Philippe Bélaval par Françoise Nyssen laisse toute possibilité en termes d’organisation de missions et n’écarte en rien l’option de la décentralisation ou de délégation de compétences aux Collectivités territoriales ou aux établissements publics.

Nos craintes sont fondées par des faits tangibles et qui sont à l’initiative de Françoise Nyssen et de son cabinet !

Nous exigeons des réponses concrètes. Ne lâchons rien, l’été est toujours propice à de belles rencontres ….

Vive la culture et que vive le ministère de la culture !