5 mars 2019


8 MARS #15H40...DANS LE SPECTACLE AUSSI !

La fédération CGT spectacle se mobilise à nouveau dans le cadre de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, pour dénoncer les inégalités subies par les femmes dans les secteurs du spectacle, du cinéma, de l'audiovisuel et de l'action culturelle, et appeler à une égalité réelle entre toutes et tous les salariés-ées.

Si nous avons obtenu quelques avancées ces dernières années (meilleure prise en compte du congé maternité dans l'accord du 28 avril 2016 sur l'indemnisation chômage des salariées intermittentes du spectacle, dispositif AGEDATI d'aide à la garde d'enfant(s) pour les salariés-ées intermittents-tes du spectacle dans le cadre du FONPEPS), le chantier reste encore énorme.
Les femmes continuent de subir des inégalités de salaire (18 % d'écart en moyenne dans le secteur de la culture, selon le département d'études, de prospective et de statistique du ministère de la Culture), elles restent trop peu programmées dans des institutions culturelles (3 metteuses en scène programmées cette année au Printemps des Comédiens contre 17 metteurs en scène, ou encore seulement 29 % de femmes solistes programmées dans des théâtres lyriques, des orchestres et des festivals sur la saison 2016-2017), sous-représentées dans les métiers techniques (en 2017, 90 % des techniciens-nes dans la branche des entreprises techniques au service de la création et de l'évènement étaient des hommes) et subissent des discriminations liées à l'âge (les comédiennes et les chanteuses lyriques de plus de 50 ans). S'ajoute à cela les violences sexistes et sexuelles dont notre secteur d'activité n'est pas exempt, comme en atteste la collecte de témoignages dan le cadre de la campagne "l'envers du décor".
Alors que nous menons depuis plusieurs semaines une bataille pour préserrver le régime d'assurance chômage des salariés-ées intermittents-tes du spectacle, nous rappelons que les femmes représentent seulement 35,8 % des intermittents-tes (source Pôle emploi 2016).

Ces statistiques ne sont pas une fatalité. Elles illustrent des décennies d'absence de volonté politique pour promouvoir dans nos secteurs des mesures permettant plus d'égalité pour les femmes. Si les choses évoluent (doucement) depuis quelques années, nous devons agir pour que les beaux discours se transforment en acte.
Ainsi, la CGT Spectacle revendique :

  • des accords égalité femems hommes dans les entreprises et dans tous les champs de conventions collectives prenant en compte l'emploi discontinu des salariés-ées intermittents-tes, les rythmes de travail du secteur, et élargissant les obligations aux très petites structures, représentant plus de 90 % des entreprises du secteur ;
  • une charte contraignante pour le respect des questions d'égalité lors de l'attribution de subventions et aides. En effet, l'argent public ne doit plus subventionner les inégalités ;
  • l'élargissement du dispositif "Allo Discrim" (cellule d'alerte et de signalement d'acte de harcèlement sexuel) du ministère de la Culture à toutes et tous les professionnels-les du secteurs ;
  • la création d'un index de l'égalité femmes-hommes pour nos secteurs d'activité, où les entreprises de plus de 1000 salariés-ées sont très rares.
Ainsi, nous porterons dans toutes les instances où nous siégeons la question cruciale de l'égalité entre les femmes et les hommes, pour que plus aucun secteur dans notre champ ne soit un angle mort sur la question.

La fédération CGT Spectacle appelle à participer à toutes les manifestations et rassemblements organisés :
  • 8 MARS EN IDF : 15H40 RASSEMBLEMENT PLACE DE LA REPUBLIQUE
  • 9 MARS : MANIFESTATIONS AVEC LES "GILETS ROSES" (assistantes maternelles en lutte contre la casse des droits à l'assurance chômage). A PARIS, RDV A 11H SUR LES CHAMPS ELYSEES AU DEPART DE L'ARC DE TRIOMPHE.
Pour les rendez-vous des 8 et 9 mars en région rapprochez-vous des syndicats et des UD.