15 décembre 2020


Culture en danger :
20 000 manifestant·e·s en colère

À l’appel unitaire de beaucoup d’organisations syndicales de salarié·e·s, d’autrices et d’auteurs et d’employeurs, d’associations du spectacle, d’audiovisuel et du cinéma, près 20 000 personnes se sont rassemblées dans 30 villes le 15 décembre (dont plus de 10.000 à Paris place de la Bastille) après 6 rendez-vous le 12 décembre, pour manifester leur colère face au gouvernement.

L’annonce inéquitable et arbitraire de non-réouverture des lieux de spectacle et des salles de cinéma a été perçue comme un véritable camouflet, l’expression du mépris pour notre travail et pour des professionnel·le·s empêché·e·s d’exercer leur métier parfois depuis le printemps.

La CGT spectacle a été reçue par la ministre de la Culture le matin du 15 décembre : madame Bachelot a semble-t-il enfin entendu que la brutalité des méthodes du gouvernement n’était pas acceptable et qu’il fallait répondre à nos propositions :

  • Nous demandons la réouverture des lieux de spectacle et des cinémas ;
  • Nous demandons à être associés en amont afin d’anticiper cette réouverture dans de bonnes conditions sanitaires ;
  • Nous demandons un soutien financier massif fléché vers l’emploi, finançant des répétitions et des résidences de création afin de travailler à la création de spectacles en vue de la réouverture ;
  • Nous demandons que les droits sociaux soient garantis pour toutes et tous. Il est inacceptable que le droit à congé maternité ou maladie ne soit plus accessible pour nos collègues. La prolongation de l’année blanche doit être actée. Nous demandons le refinancement de nos institutions sociales pour assurer la continuité des droits pour les professionnel·le·s (Congés spectacles, médecine du travail, complémentaire santé, activités sociales et culturelles...).

La ministre s’est engagée à réunir toutes les organisations représentatives avant fin décembre afin de travailler l’hypothèse d’une réouverture début janvier. Elle s’est engagée à répondre à nos propositions pour soutenir l’emploi et garantir les droits sociaux. Des réunions de travail auront lieu dès le mois de janvier au sujet de la prolongation de l’année blanche et de l’accès aux droits sociaux (notamment congé maternité, pour lequel il y a urgence).

Nous appelons à poursuivre la mobilisation unitaire, à travers des assemblées générales que nous allons convoquer très prochainement en amont du 7 janvier.

Dans les prochaines heures, plusieurs référés liberté devant le conseil d’État vont être déposés pour contester l’interdiction injuste et inéquitable qui nous est faite d’ouvrir nos lieux de spectacle et salles de cinéma.

Professionnel·e·s et/ou citoyen·ne·s : la Culture comme notre système de santé sont notre bien commun, nous défendons ce que nous jugeons indissociable de notre démocratie !