04 février 2021


PRéOCCUPATION générale dans le spectacle

 
Jeudi 4 février, à l’occasion de la journée d’action interprofessionnelle, et en solidarité avec toutes les professions, nous alertons sur la situation catastrophique dans le spectacle.

Tout en respectant les gestes barrières, plusieurs lieux sont occupés partout en France par des manifestant·e·s pacifiques et déterminés à se faire entendre, comme le ministère de la Culture rue Saint-Honoré à Paris, la Cité de la Musique à Marseille, l’Opéra de Rennes ou encore le Musée des Beaux-Arts à Rouen.

Cela fait des mois que nous portons des propositions pour permettre à toutes celles et tous ceux qui sont empêchés de travailler, de pouvoir le faire notamment en finançant les résidences de création et répétition, avec un budget chiffré à 115 millions €, une goutte d’eau dans les milliards déversés sans conditions.

Cela fait des mois que nous demandons la garantie de tous les droits sociaux. Une mission a été nommée mais nous ne voulons pas de prolongation de « l’année blanche » au rabais. Nous exigeons une prolongation au minimum d’un an pour toutes et tous et pas des aumônes !
Nous revendiquons avec toutes les professions l’annulation de la réforme assurance chômage du régime général, qui concerne aussi des salariés de la Culture.

Cela fait des mois que nous alertons. Les inquiétudes liées à l’accès aux congés maternité ou maladie explosent. Tous les droits complémentaires portés par des organismes comme la Médecine du Travail ou Audiens doivent être garantis intégralement.

Cela fait des mois que nous dénonçons la situation dramatique des autrices et auteurs, pour lesquels un plan d’action est nécessaire.

Et nous voulons des perspectives claires de réouverture et d’accompagnement d’une reprise qui sera forcément longue.


LA CULTURE EST ESSENTIELLE, LE PUBLIC LE SAIT : LES PROFESSIONNEL·LE·S VEULENT DES RÉPONSES DU GOUVERNEMENT


  [ TELECHARGER PRéOCCUPATION.. ]