18 avril 2018


SOLIDARITE AVEC LES GREVISTES DE LA COMEDIE DE BETHUNE

 


Depuis 4 ans et après de multiples procédures d’accompagnement, les conditions de travail n’ont cessé de se dégrader au sein de la Comédie de Béthune. La désorganisation de la direction, le management pathogène et le non-respect des instances du personnel ont entraîné un mal être et une souffrance au travail des salariés empêchant tout dialogue social qui aurait permis une ouverture de négociations.

Face à ce constat, la section syndicale SYNPTAC-CGT de la Comédie de Béthune – Centre Dramatique National Hauts de France - a déposé un préavis de grève reconductible. Ce mouvement, suivi par une large majorité des salariés, a été reconduit quotidiennement en assemblée générale à partir du 29 mars et a pris fin le 12 avril.

Les revendications des salariés grévistes, permanents et intermittents, portaient sur le refus de la dégradation des conditions de travail, l’arrêt du management pathogène et le respect des Instances Représentatives du Personnel.

Le dialogue entre les élus et la direction a abouti à la signature d’un protocole de fin de grève donnant satisfaction aux revendications des salariés.

Les grévistes de la Comédie de Béthune, comme ceux de la MC2 à Grenoble en décembre dernier, nous ont démontré la nécessité de combattre ces attitudes méprisantes en déposant des préavis de grève. Isolés, il est difficile voire impossible d’arriver à faire valoir nos revendications, c’est en s’opposant collectivement, et si besoin par la grève, que nous arriverons à nous faire entendre.

Les grévistes de la Comédie de Béthune remercient tous les salariés du spectacle vivant, les spectateurs et les citoyens qui leur ont adressé des messages de solidarité. Ce large soutien a été primordial pour le moral des grévistes et la réussite de ce mouvement.
Le secrétariat national du SYNPTAC-CGT a décidé d’ouvrir un « Fonds de solidarité pour les salariés en grève de la Comédie de Béthune ». L’argent récolté servira à payer les salaires des salariés intermittents et permanents grévistes dont une partie des jours de grève n’ont pas été payés par la direction.

Les dons, par chèques ou virements, sont à adresser au SYNPTAC-CGT 3 rue du Château d’Eau 75010 PARIS.
Par chèque à l’ordre du SYNPTAC-CGT et au dos du chèque indiquer « Fonds de solidarité Béthune »
Par virement sur le compte Crédit Coopératif Paris Nation : FR76 4255 9000 0821 0248 0860 331 – CCOPFRPPXXX  - Message d’accompagnement « Fonds de solidarité Béthune ».